samedi 17 avril 2010

Un réveil en enfer" Par KETTLY MARS



J’ai l’impression qu’elle est de chair, cette chose qui a traversé la terre, un monstre comme Edgard Allan Poe n’en aurait imaginé. En un éclair, nous ne sommes plus maîtres de nos destins, la chose nous a secoués comme un mouchoir au vent, brisant d’un seul coup de patte nos colonnes vertébrales. Un kou siprann. La terre n’a plus voulu de nous et elle nous a foutu une baffe en pleine gueule. Nos maisons à genoux… et nos amis… en dessous. Anmwey ! Oskou ! Les chiens ont gémi. Jésus… Jésus… le nom sur toutes les lèvres, dit en hurlant, divaguant, ils ont levé les mains au ciel toute la nuit, dans le serein de la galette.

Dormir dehors, car la chose a des spasmes, les derniers soubresauts de son plaisir. Et puis l’égarement, comme un réveil en enfer. L’obsession des portes ouvertes, pour courir plus vite que la mort. On a presque envie de croire au Bon Dieu.

Port-au-Prince, 13 janvier 2010

Aucun commentaire: