mardi 10 novembre 2009

jeux d'écriture

Si vous souhaitez vous initier vous-mêmes à ces jeux d'écriture, cliquez sur le lien suivant :http://www.zulma.fr/jeu.html
Une mine d'or d'exercices d'écriture originaux et variés ! Vous vous surprendrez par la richesse de ce que vous pouvez écrire... sous la contrainte ;-)
La découverte de l'ombre

Tout commença dans un cri. Et la bête fut sur moi. Les battements de mon sang dans mes tempes imprégnaient le silence tenace. Au loin, un corbeau brailla sa rancoeur de malaimé et dans un claquement d'ailes, imprimant aux courants une danse insolente, tournoya un instant au-dessus de nos têtes en écho au malheur qui suintait de mes pores. Ma mémoire s'emmêla et sans que j'en aie le choix, m'invita à des souvenirs plus roses, un temps reculé où j'étais la reine en mon château. Un râle me fit comprendre que tout cela n'était plus, et, les yeux fermés, j'imaginai que la bête en un souffle se détacherait. Emporterait-il l'entrelac des remords sous son crâne?
Je ne sais comment je m'endormis en un instant, rejoignis la profondeur de la nuit des tréfonds de mon âme. Le sommeil fut de courte durée. A mon réveil, un éclair dans l'azur me dévoila la silhouette errante du monstre qui ne se décidait pas à partir, et arpentait comme un animal assoiffé les rives du fleuve engourdi. Seule étoile dans le dôme du crépuscule des hommes, une maison isolée envoyait une lueur intermittente, et je me souvins que c'était la vitrine d'antiquaire où j'avais trouvé la statuette. Dans son socle, des instructions secrètes écrites sur un papier bleu m'avaient révélé le nom de cet étrange et inquiétant animal. Un écrin de velours tilleul portait un couteau à la lame mate. Presque sans reflet, son éclat terne avait quelque chose d'inquiétant. J'avais ainsi pu taillader le torse de l'animal, laissant une blessure comme une griffe, une signature. La douleur aussi mate que le couteau s'était enfilée dans le néant des heures sombres, ricochant sur la terre avec la magnifiscence des grandes détresses.
Je le regardai mugir, il tendit sa main vers moi. je tournai la tête. Il n'existait plus.
J'entendis un clapotis nerveux quand il entra dans l'eau du fleuve pour n'en plus revenir.

Aucun commentaire: