jeudi 5 novembre 2009

jeux d'écriture

Si vous souhaitez vous initier vous-mêmes à ces jeux d'écriture, cliquez sur le lien suivant :http://www.zulma.fr/jeu.html
Une mine d'or d'exercices d'écriture originaux et variés ! Vous vous surprendrez par la richesse de ce que vous pouvez écrire... sous la contrainte ;-)


Ronces et chimères

Je l'ai connue rue de la Cornue, en face de l'Hôtel des Navires Truqués.
La promesse de la revoir m'avait maintenue pendant toutes ces années. Elle était plus belle qu'au premier jour où je l'avais découverte, assise devant son miroir, à se regarder étonnement. Son pâle reflet dans la lune semblait fantômatique. D'une écriture crispée, j'écrivis quelques mots avec mon rouge à lèvres sur la glace. J'avais placé près de moi le bijou le plus prestigieux de la famille, une graine de marbre montée sur un anneau de fil d'argent. Le silence était tendre et m'entourait tandis qu'au loin j'entendais le déluge de la pluie d'automne. Je n'avais plus le choix, il fallait que je lui parle.
Un oiseau long et lent passa dans le ciel. Dans son bec, il tenait un gant de cuir blanc dont les doigts pendaient comme des vers de terre neurasthéniques. La bête avançait, planant dans les remous du vent. Plus bas, parmi les arceaux de l'abbaye, un bruit morne montait et descendait en cadense, comme des litanies de mendiant. Un homme, un livre ouvert au hasard sur ses genoux, promenait ses yeux hagards autour de lui. Comme une proie pour l'ombre, il se blotissait dans la nuit noire à couper. Il pensa, sans bien savoir pourquoi, à la cervelle du hanneton. Qu'avait-il de commun avec cela?
De l'autre côté du mur, on entendait les loups haleter comme s'ils venaient de commettre un crime et tentaient de se fondre dans la pierre du mur pour échapper à la torture du remords. Le cimetière n'était pas loin, et une rosée acide s'était déposée sur les tombes refermées sur le néant des âmes perdues.
Sans bruit, j'attrapai la chatte et, sans me retourner sur les oiseaux pervers et les loups assassins, je partis en titubant tout de même un peu vers d'autres rêves plus cléments.
...

Aucun commentaire: